Sex'primons-nous - Libérez votre sexualité

Libérons notre sexualité du poids des tabous.

Il a été observé que le porno a une forte popularité chez les jeunes hommes et parfois chez les plus vieux. Cet intérêt naît du fait que ce type de cinématographie réveille une animalité à laquelle ils croient ne plus avoir droit dans l’intimité. Pourtant cette énergie est saine et puissante, mais pour diverses raisons elle se trouve refoulée chez beaucoup d’entre nous, au moins dans le début de notre vie. Elle est alors mise en cage comme un animal sauvage et finira par perdre sa beauté à cause de cela.


C’est en effet d’animalité, d’instinct, d’hommes et de femmes sauvages dont il est question. Cette facette de l’humanité a peu sa place dans notre culture. En conséquence, je vois en cabinet, des hommes et des femmes développer le syndrome du/de la "gentil(le)". Un rôle qu’ils ont accepté ou qu’ils se sont donné pour essayer de ne pas montrer aux autres, et peut-être à eux-mêmes, cette part sauvage. Lorsqu’elle est jugée malsaine, nous la comprimons et tentons de l’enfouir profondément. Elle devient de ce fait agressive et malsaine.


Nous nous retrouvons alors dans un cercle vicieux. En chaque homme et en chaque femme existe une énergie naturelle, puissante, sauvage, libre, enracinée profondément en leur ventre. Elle se réveille plus ou moins tôt dans nos vies. Elle fait partie de nous. Elle est la partie en lien avec la nature sauvage de notre monde. Si elle n’a pas la place de s’exprimer, alors elle cherchera d’abord un moyen détourné de le faire, plus ou moins caché, plus ou moins extrême, puis elle finira par se résigner, s’éteignant à petit feu. Le porno est un piège qui donne aux hommes l’illusion de pouvoir la laisser s’exprimer librement, or elle ne peut exister que dans une réalité connectée aux sens.


Il y a un espace où cette facette de notre humanité a toute sa place et a tout ce dont elle a besoin pour s’épanouir, c’est dans notre sexualité. Bien entendu, à mon sens ce n’est que le début de l’histoire. Elle ne représente pas à elle seule ce que nous pouvons vivre. Elle est l’étincelle et le feu qui nourrissent le désir. J’ai demandé à beaucoup de femmes, dans le cadre personnel et professionnel, si elles préféraient avoir un chaton ou un tigre dans leur lit. Aucune n’a choisi le chaton… mais quasiment toutes m’ont avoué avoir un peu peur du tigre ou plutôt de ses intentions. Ce qui est légitime étant donné que c’est dans l’intimité de la femme que la sexualité, sacrée ou non, se vit ! Et ce rappel n’a rien d’anodin, il invite à la conscience. Et c’est celle-ci qui nous permet d’accueillir cette animalité dans la sexualité.


Il y a une palette d’expériences qui permettent la jouissance. Pour moi, elles vont de la décharge biologique à des expériences mystiques. Elles sont vécues dans un espace-temps où l’animalité tend à devenir divine et où le divin s’incarne dans notre animalité. Le chemin de la sexualité sacrée nous parle de la rencontre de ces deux polarités en une union qui les déploie mutuellement. Il n’y a pas de recettes miracles pour atteindre cet objectif en un temps record... Il y a juste une connaissance de soi, de ses fonctionnements et l’envie d’aller vers l’autre avec tout ce que nous sommes. Enfin, l’animalité est une énergie noble empreinte de la puissance de la nature. Elle n’a rien à voir avec la bestialité. Cette dernière servant à cacher la peur de la vulnérabilité de celui qui en use. Il y a tant à dire sur cette énergie qui nous habite, comment nous pouvons l’apprivoiser pour qu’elle nous accompagne dans nos vies.


Je vous retrouve donc dans le prochain numéro pour vous donner des clés afin de créer le temps nécessaire…


Facebook : @uneautrevision

Site : www.dancie-arnaud.com


Article écrit par Arnaud DANCIE, praticien et coach de vie.

  • Facebook
  • Instagram

Contact : Christelle BESSON - 06 14 17 60 88reseaubelam@gmail.com

© Copyright 2020 Réseau BELAM - Tous droits réservés 

Site web et illustrations réalisés par Claire Dujardin

Mentions légales    -    Politique de protection des données personnelles   -