Sex'primons-nous - Libido versus l'automne


Si on parle de libido et qu'on recherche sur Google ce terme, on va découvrir obligatoirement son pendant négatif : la baisse de libido.


On ne voit que cela dans les journaux féminins : le fameux diktat de la libido versus l'orgasme ! C'est aussi un des thèmes de prédilection des sexothérapeutes (et thérapeutes de couple) car il est très présent au cabinet, sur le terrain.


Mais si on dénonçait enfin un mythe qui consiste à penser qu'à part au printemps et en été, notre corps est sujet à une baisse de désir ? Car l'automne est la saison où le niveau de testostérone (hormone dite "du désir") est le plus élevé, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Les scientifiques expliquent ce boom hormonal en faisant le parallèle avec les instincts d'accouplement préhistoriques. C’est d’ailleurs le cas chez certains animaux qui s’épanouissent en septembre/octobre lors de la saison du rut. Ajoutez à cela des soirées plus longues et l’envie de rester sous la couette. Quoi de mieux, que de se pelotonner contre sa/son bien-aimé(e) pour regarder une comédie romantique ou un film d'horreur ?


Selon des chercheurs de l’Université des Sciences et Technologie de Hong Kong, plus il fait froid, plus nous sommes motivés à rester chez soi en mode cocooning. Il y aurait, selon ces chercheurs, un croisement neuronal entre les sensations corporelles et psychologiques. En gros, avoir froid déclenche un désir ardent de chaleur sous toutes ses formes.


Les relations intimes sont d'ailleurs facilitées : il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, le corps est relativement reposé après les vacances d'été, et l'estime de soi (facteur numéro 1 d'une relation sexuelle réussie et d'une envie de faire l'amour) est à son maximum.


Statistiquement parlant, c’est la saison la plus fertile (surtout novembre et décembre), avec des taux de natalité records neuf mois plus tard, en août et septembre. Ce qui est intéressant, c’est que la concentration de sperme est à son plus bas d’août à octobre, en raison de la chaleur estivale et il faut souvent plusieurs semaines pour que la tendance s’inverse. La nature est magnifiquement bien faite !


Concernant la libido, je propose un mixte de conseils au cabinet, afin de travailler sur la sienne et celle de son partenaire. Je reçois de plus en plus d'hommes ; il y a plusieurs façons de doper sa libido : psycho, sexo corporel, pleine conscience, slow sex, travailler sur son estime de soi et son propre développement personnel, prendre soin de soi, faire connaissance avec soi, être attentif à l'autre et mieux communiquer dans l'intimité. Pour ma part, je suis persuadée de la magnifique énergie sexuelle qui sommeille ou qui veille en chacun de nous : la libido est une histoire d'énergie qui peut se référer au chakra sacré, de la culture indienne. C'est le centre de l'énergie sexuelle, le chakra du sexe (ou deuxième chakra) qui se situe entre le pubis et le nombril, juste au-dessus de l'os pubien. Il représente également le sens des rapports humains, de l'affectif, de l'association, du travail et de l'épicurisme. Ce chakra est le siège de nos émotions les plus fortement ressenties : l'amour, la haine ou encore le désir.


Il est intéressant de pouvoir réguler ce puissant chakra qui assure de développer de meilleures relations humaines en acceptant les personnes de son environnement. C'est aussi le chakra qui représente la conception, la fertilité, la créativité et la vitalité. Il est source de toute vie, qu'elle soit physique, artistique ou onirique. Belle découverte !


Facebook : Aurore Sexologue Sexotherapeute Therapeute couple


Article écrit par Aurore POLLIER, sexologue et thérapeute de couple

  • Facebook
  • Instagram

Contact : Christelle BESSON - 06 14 17 60 88reseaubelam@gmail.com

© Copyright 2020 Réseau BELAM - Tous droits réservés 

Site web et illustrations réalisés par Claire Dujardin

Mentions légales    -    Politique de protection des données personnelles   -